Enfin, je crois me souvenir que RedHat fonctionnait, mais qu'il y avait des soucis de compatibilité matérielle et que je ne pouvait pas faire tout ce que je voulais avec. Debian, je ne suis jamais arrivé à la fin de l'installation, ou alors il aurait fallu que je me contente d'un système sans interface graphique. Un peu geek oui, bidouilleur certes, élitiste sans aucun doute, mais il y a des limites.

Tout ça pour dire qu'à l'époque, linux était encore bien loin d'être un système convivial et facile à installer et utiliser. Peut-être aussi que j'étais une loutre incapable de configurer un système d'exploitation, et non un futur informaticien de génie, c'est un fait. Mais du coup, le jour ou je me suis racheté un ordinateur, j'ai lâché l'affaire et me suis laissé convaincre par la facilité et par un mac, tout en continuant à suivre de loin le développement de linux. Toujours convaincu par les logiciels libres et linuxien théorique, j'ai rempli mon ordinateur de logiciels libres, du moins quand j'en trouvais un équivalent efficace. J'ai regardé avec intérêt le développement d'ubuntu, mais un intérêt qui est resté intellectuel.

Il y a quelque temps, ma femme a acheté un netbook acer, avec windows 7 préinstallé et android. A peine sorti de sa boite, l'ordi rame et met des plombes à s'allumer. Ça m'était déjà arrivé avec un eeepc touchpad, et ça me laisse perplexe (c'est un euphémisme). Les arrangements avec microsoft sont-ils si rentables que les constructeurs préfèrent vendre des ordinateurs fonctionnant mal, plutôt que de trouver une solution utilisant les capacités de la bête intelligemment?

Je me décide donc à tester linux sur ladite bête. En quelques minutes, je trouve une solution pour installer une livekey sur ma clé USB (système permettant d'utiliser linux sans l'installer en démarrant sur une clé usb), Linux Live key, trois minutes plus tard je trouve la distribution qu'il me faut, à savoir linux mint (petite légère, optimisée noobs). Le temps de télécharger la distribution (ce qui peut se faire depuis LiLi)de faire l'installation et de redémarrer sur la clé, et hop. Et là, première bonne surprise, linux sur une clé usb tourne plus vite que windows. Cherchez l'erreur...

Mon objectif était le suivant : un système basique et léger, tournant en parallèle à android, ma femme en ayant l'utilité pour son travail, facile à utiliser et à maintenir. La première étape était donc de s'assurer que je pouvais installer linux en parallèle à android. Je me fais quelques cheveux blancs en creusant dans les tables de partitions pour comprendre ou se cachait quoi, puis, de guerre lasse, j'installe simplement linux sur la partition ou était installé windows, et android n'est simplement pas touché. Et tout ça depuis le système installé sur ma clé. En 1h30 de trajet de train.

Je dois dire que je suis assez bluffé de voir le trajet que linux a fait depuis le début de mon intérêt pour lui. C'est peut-être d'autant plus frappant que je n'avais pas mis les pieds dessus depuis quelque chose comme 8 ans. L'interface graphique est belle, intuitive, pas très différente des OS plus courants, mais avec quelques détails bien pensés, ergonomiquement parlant. Après, sur un netbook, il ne faut pas s'attendre à des miracles et linux mint n'en offre pas.

Il faut aussi regretter certaines choses, ranger le clavier fr_CH sous Allemand (Suisse) me fait grimper aux murs (et je crois savoir que c'est un problème hérité des dernières versions d'Ubuntu, donc relativement répandu) la configuration en 1024x600 de mon ordinateur pose problèmes pour certaines fenêtres qui ne peuvent pas se réduire suffisamment. Mais dans l'ensemble, je suis tout à fait satisfait. Et ma femme aussi, ce qui était le but premier. En plus, la configuration par défaut du système offre tout ce qu'il faut pour l'utiliser directement, sans devoir passer des heures à installer, configurer milles programmes. Un bon point pour l'utilisateur lambda.

Petit bonus après quelques jours d'utilisation : le système de gestion des paquets (installateur de programmes) fonctionne un peu comme l'app store, en plus simple et plus agréable, et surtout sans inscription, ni frais. Et la cerise sur le gâteau, en rentrant de week-end, j'ai branché mon iphone qui a été reconnu automatiquement, et duquel j'ai pu récupérer les photos et vidéos sans autre forme de procès. Et avec accès à la musique par dessus le marché.

Welcome back, linux.